Tout savoir sur le bris de glace

La garantie bris de glace est généralement incluse dans les contrats auto “Tous risques” et peut être souscrite en option dans les contrats d'entrée de gamme. N'hésitez pas à contacter votre assureur avant d'engager des frais ou de faire appel à un réparateur.

Que couvre la garantie bris de glace ?

Cette garantie couvre les dommages causés au pare-brise, aux vitres latérales, à la lunette arrière, au toit ouvrant, aux optiques de phares avant, aux écrans et cabochons de clignotants avant et aux phares antibrouillard d’origine. Elle prévoit le remboursement des frais de réparation ou le remplacement des éléments. Selon les formules et la nature des dommages, cette garantie peut s’accompagner d'une franchise. Ce qui signifie que, dans certains cas, une partie des frais n'est pas remboursée et reste donc à la charge de l'assuré.

 

Le remplacement, ce n'est pas automatique

Si un pare-brise largement fissuré ou brisé nécessite un remplacement, il n’en va pas de même en cas d’impact. Ces derniers sont, la plupart du temps, anodins et n’altèrent ni la solidité du pare-brise ni la visibilité du conducteur.

Si nécessaire, une simple injection de résine peut réparer un ou plusieurs impacts. Cette opération est évidemment bien moins coûteuse qu'un remplacement et peut être prise en charge par votre contrat d'assurance selon sa formule.

 

Le remplacement du pare-brise reste incontournable dans les situations suivantes :

  •  l'impact est dans le champ de vision du conducteur ;
  •  il est à moins de 4 cm des bords du pare-brise ;
  •  il fait un diamètre supérieur à 3 cm ;
  •  il y a au moins trois impacts de plus de 1 cm.

 

Sans frais ? En apparence seulement !

Le service de prise en charge réputé gratuit selon certains discours publicitaires est cependant facturé à l’assureur qui n’a d’autre issue que d’inclure le montant de ces prestations - dont les variations peuvent aller jusqu’à + 30 % selon les enseignes - dans le coût global des cotisations. La multiplication des “petits” sinistres finit par coûter cher. La hausse de ces charges, même si elle ne pèse pas directement sur l'assuré qui déclare un sinistre est, au final, supporté par l'ensemble des assurés qui voient leur cotisation augmenter.

 

Avant d'agir : contactez votre assureur !