Aller au contenu

Assurance emprunteur : 4 astuces pour bien s’assurer, au juste prix

Corollaire du prêt immobilier, l’assurance emprunteur couvre certains risques – décès, accident, maladie ou encore chômage. Primo-accédant, sélectionnez votre assureur en fonction des garanties qu’il propose, indépendamment de votre banque prêteuse. Tégo vous guide vers le bon choix.

1- L’enjeu : Ne subissez pas l’assurance emprunteur obligatoire

Souscrire une assurance emprunteur est l’antichambre de l’accession à la propriété. Si elle n’est pas obligatoire, les banques l’exigent en cas de prêt immobilier pour couvrir les risques liés notamment au décès et à l’invalidité.

Après avoir obtenu votre crédit immobilier, votre banque vous proposera de souscrire à son assurance emprunteur. Un dispositif de groupe, qui ne tient pas compte de vos spécificités individuelles – et notamment des risques particuliers liés aux métiers exercés par les membres de la communauté Sécurité-Défense. Aujourd’hui, après de nombreuses réformes, vous n’êtes plus obligé de souscrire à l’assurance emprunteur proposée par votre banque.

Grâce à la « délégation d'assurance », vous pouvez souscrire un tel contrat auprès de l’assureur de votre choix. Une disposition à ne pas négliger : l'assurance emprunteur peut représenter jusqu’à plus de 30% du coût total de votre prêt immobilier .

2-L’objectif : bien comprendre le rôle de chaque acteur

  • La banque prêteuse : elle vous accorde un crédit immobilier, elle est tenue de vous fournir une fiche standard d'information sur l’assurance emprunteur (type de prêt, étendue des garanties proposées, coût mensuel exprimé en euros, etc.),
  • L’assureur alternatif : vous l’avez sollicité, à lui de vous remettre également sa fiche standard d’information,
  • L’emprunteur demandeur : une fois que vous l’aurez identifié, vous devrez communiquer à l’assureur tiers retenu toutes les informations lui permettant d’apprécier le risque – d’où l’obligation fréquente de répondre à un questionnaire sur votre état de santé.

3- En pratique : comparez les offres et bénéficiez de services complémentaires

  • Comment comparer : l’équivalence des garanties porte au maximum sur 11 points choisis par votre banque, à partir de l’analyse de votre profil d’emprunteur : type de prêts, somme empruntée, revenus, situation financière, situation professionnelle et médicale, etc.
  • Votre banque n’a pas le choix : si votre nouvelle offre répond à ces critères, votre banque aura l’obligation d’accepter votre changement : votre assureur tiers lui adressera dès lors la « délégation d’assurance ».
  • Soyez vigilant : dans tous les cas, sachez que la banque n’a pas le droit de faire varier le taux d’intérêt de votre crédit immobilier selon que l’assurance emprunteur est, ou non, déléguée à un assureur tiers.

Ce que Tégo propose en +

    Nombre d’assureurs excluent certains risques, ce n’est pas le cas avec les contrats sélectionnés par Tégo. Outre le décès et l’invalidité, d’autres garanties spécifiques sont disponibles. Elles font office de bouclier :
  • La garantie perte d’emploi : l’assurance prend en charge tout ou partie des remboursements en cas de chômage.
  • La caution solidaire : une personne ou un organisme, autre que vous l’emprunteur, s’engage à rembourser la banque au cas où vous cesseriez de payer vos mensualités.

Avis de l’expert

Si vous optez pour une autre assurance emprunteur que celle proposée par votre banque, cette dernière devra accepter votre décision. A une condition : que les garanties du contrat retenu soient au moins équivalentes à celles proposées jusqu’à présent – en cas de refus, la banque devra obligatoirement vous notifier par écrit ses raisons.