Aller au contenu
Assurance vie : entrée, gestion, arbitrage… attention aux frais !

Assurance vie : entrée, gestion, arbitrage… attention aux frais !

Placement préféré des Français, l’assurance vie a conquis un grand nombre d’épargnants. Ce couteau suisse peut vous aider à vous constituer une rente à vie pour votre retraite ou vous fournir une épargne accessible en cas de besoin. Attention toutefois aux frais liés à ce type de contrat, qui peuvent en réduire la performance… Votre conseiller Tégo saura vous indiquer la stratégie la plus adaptée à votre situation.

1 - L’enjeu : ne payez aucun coût caché

Outre les frais d’entrée (ou frais sur les versements), et les frais de gestion qui rémunèrent l’assureur pour son activité de gestionnaire, certains contrats d’assurance vie génèrent des «coûts cachés».

2 - En pratique : d’entrée, de gestion, d’arbitrage… tout savoir sur les frais de votre contrat d’assurance vie

  • Frais d’entrée : commission prélevée sur le montant des sommes déposées sur votre contrat (de 0 à 5 %, parfois dégressifs), ces frais varient d’un organisme à l’autre, mais amputent d’autant votre capital. Certains assureurs ajoutent des frais d’ouverture de dossier ou des frais d’adhésion à une association d’épargnants (contrats collectifs).
  • Frais de gestion : non négociables, ils sont facturés et prélevés tous les ans sur la totalité de votre épargne, impactant la rentabilité de votre contrat – fonds en euros ou unités de compte (UC). A titre d’exemple, sur un rendement d’un montant de 3% par an, il restera un bénéfice de 2,2% après déduction de 0,8 % de frais de gestion. A noter : les frais de gestion sont souvent plus élevés sur les supports en unités de compte, parce que calculés pour chaque UC.
  • Frais d’arbitrage : seuls les contrats en unités de compte (UC) peuvent faire l’objet d’arbitrage, autrement dit de transfert des parts d’un support vers un autre, et générer ainsi des frais spécifiques. Les frais d’arbitrage peuvent être proportionnels à la somme transférée ou forfaitaires : un montant fixe est alors prélevé à chaque opération de transfert.
Date de parution de l'article : 26/10/2020