Aller au contenu

Conducteur, faites vérifier votre vision : au volant, la vue c’est la vie

La vue est essentielle et indispensable à la conduite : en voiture, plus la vitesse augmente, plus la perception visuelle diminue. D’où l’importance de faire contrôler votre vision pour une conduite plus sûre. Tégo vous livre quelques conseils pratiques à appliquer avant de prendre la route.

1 - L’enjeu : l’œil, votre meilleur copilote à bord

Lorsque vous conduisez, plusieurs fonctions de la vision entrent en jeu. A commencer par l’acuité visuelle, qui permet de voir vite et loin : ainsi, une acuité de 10/10ème permet de lire un panneau de signalisation routière à 150 mètres, alors qu’avec 1/10ème, il ne sera lisible qu’à 15 mètres.

Vient ensuite la vision binoculaire, c’est-à-dire des deux yeux : grâce à elle, vous voyez les profondeurs, les reliefs, et pouvez apprécier les distances.

Enfin, le champ visuel vous permet de regarder devant, tout en surveillant ce qui se passe sur les côtés.

Au volant, la notion de vitesse provient des images qui défilent de chaque côté de la route : la preuve que la vision périphérique est aussi indispensable que la vision centrale, d’autant que plus la vitesse augmente, plus la perception visuelle diminue. D’où l’importance d’être sûr de votre vue au moment de vous installer au volant : 90% des indications nécessaires au conducteur sont fournies par l’œil. Selon les dernières estimations, un automobiliste sur trois pourrait mieux voir – et l’ignore – et un automobiliste sur vingt voit très mal – et l’ignore aussi…

2 - En pratique : quelques conseils avant de prendre la route, le soir

  • Nettoyez les vitres et les phares, c’est l’assurance de mieux distinguer ce qui passe dans votre champ visuel.
  • Changez régulièrement vos essuie-glaces, pour bien évacuer l’eau et les saletés accumulées sur votre pare-brise.
  • Réglez le faisceau de vos phares, il suffit d’un geste (sur une molette située au tableau de bord) pour ajuster l’éclairage de vos feux de croisement.
  • Regardez loin et au large au-delà de la zone éclairée, c’est le meilleur moyen d’anticiper un événement qui surviendrait sur votre route.

3 - Bon à savoir : pourquoi un enfant-piéton court plus de risques qu’un adulte…

  • Avant l’âge de 9 ans, un enfant a des difficultés à percevoir les dangers de la circulation routière – seuls les bruits qui viennent de face lui parviennent distinctement.
  • D’où le temps de retard qu’accuse un enfant pour localiser une voiture qui arrive près de lui.
  • Par ailleurs, le champ de vision d’un enfant est plus restreint que celui d’un adulte (70° contre 180°).

Conseil de l’expert

La nuit, « tous les chats sont gris » : les couleurs et les reliefs s’amoindrissent, les contrastes et les distances sont moins visibles… sur une route mal éclairée, seul l’étroit faisceau de vos phares couvre un champ visuel réduit à 100 mètres.

Chiffre clé

À partir de 5 Km/h, votre champ de vision au volant commence à se restreindre : à 130 Km/h, il est de 30°, contre 180° pour un piéton.