Aller au contenu
Confinement : associez bien-être physique, moral, plaisirs en famille et utilité sociale

Confinement : associez bien-être physique, moral, plaisirs en famille et utilité sociale

Alors que la France connaît une situation sans précédent en temps de paix, vous vous attachez à continuer de vivre le mieux possible, en bonne santé. Depuis chez vous, apprenez à conjuguer les voyages intérieurs aux joies en famille ou avec vos amis.

L’enjeu : gardez la santé physique… et le moral

Avez-vous ressenti ces derniers jours ce besoin de sortir, de vous dépenser vite et fort ? Ou au contraire, un baisse de forme, l’envie de n’être en contact avec personne ? C’est normal, vous êtes confiné... Cette situation exceptionnelle doit vous inciter à vous écouter, et à rechercher les solutions qui vous aideront à vous sentir bien, physiquement comme mentalement.

L’objectif : soyez acteur de votre confinement

Pour tenir le coup, considérez la vie confinée comme une somme de petits défis qui vous permettront d’accumuler… les petites victoires ! Prévenir le stress, conserver un sommeil de qualité, garder l’appétit, limiter la consommation d’alcool, partager des moments de convivialité, tout un programme !

En pratique : les 7 conseils pour vivre le mieux possible en confinement

1- Instaurez un programme quotidien réaliste : se lever, se laver, s’habiller, étudier ou travailler, déjeuner et dîner, jouer, lire, communiquer, faire quelques exercices physiques… La journée en confinement peut se composer de très nombreuses activités. L’essentiel est de réussir à maintenir un rythme sain mais pas trop intense, pour tous les membres du foyer. L’objectif, c’est de tenir dans la durée. A lire aussi : quelques conseils du psychiatre Serge Tisseron pour donner aux écrans la juste place quand on est bloqué chez soi.

2- Écoutez-vous, avec par exemple la méditation de pleine conscience pour vous prémunir contre le stress et la dépression, et reposez-vous mieux en vous réveillant plus tard le matin, ou par des siestes courtes en début d’après-midi.

3- Bougez, faites du sport dans votre logement,et donnez-vous les moyens de vous renforcer musculairement, d’améliorer votre souplesse, votre mobilité articulaire ou votre équilibre. Autant de manières de lutter contre la frustration de ne pas sortir, de garder le moral et de mieux dormir.

4- Cuisinez en famille, et composez vos menus pour faire de chaque repas une fête, sans excès car une cuisine trop riche pourrait vite nuire à votre santé, votre ligne, et donc à votre estime de soi.

5- Méfiez-vous des addictions, car l’ennui et l’angoisse peuvent vous pousser vers plus de négligence. Alors pour l’alcool, ne pas consommer plus de 2 verres par jour et pas tous les jours. La consommation de tabac, cannabis, cocaïne, crack augmente le risque d’infection et forme sévère du coronavirus. En cas de besoin, contactez les services d’écoute : Tabac info service, Alcool info service ou Drogues info service.

6- Contactez vos proches et vos amis avec les outils de visioconférence. Profitez-en pour partager avec eux vos expériences culturelles en ligne ! Si vous vous sentez angoissé, un visage souriant, une conversation agréable vous fera du bien.

7- Rendez-vous utile, par exemple en allant donner votre sang au Centre de transfusion sanguine des armées, après avoir pris rendez-vous et muni d’une attestation de déplacement dérogatoire “aide aux personnes vulnérables”.

Le conseil de l’expert Si vous êtes parent d’un enfant handicapé, et par exemple autiste, votre confinement peut devenir difficile à gérer. Demandez aux professionnels qui suivent vos enfants s’ils sont en mesure de vous épauler par visioconsultation. Ils vous recommanderont des activités ou des exercices bénéfiques pour votre enfant.
A lire : Comment vivre le confinement avec un enfant autiste

Date de parution de l'article : 10/04/2020

Pour en savoir plus, découvrez nos autres articles :