Aller au contenu
Garde des enfants en temps de crise sanitaire : comment concilier responsabilités familiales et professionnelles ?

Garde des enfants en temps de crise sanitaire : comment concilier responsabilités familiales et professionnelles ?

Face à l’épidémie, certaines mesures s’avèrent indispensables pour éviter une propagation rapide et protéger les plus vulnérables. Focus sur les gestes que chacun doit adopter à titre individuel pour gagner ce combat collectif contre la maladie.

L’enjeu : certains parents gardent leurs enfants tout en télétravaillant… quand c’est possible

Les écoles et crèches ont rouvert, mais partiellement (effectifs réduits, déjeuners en classe, limitation du nombre d’enfants en cours de récréation…). De nombreux parents ont choisi de continuer de garder leurs enfants auprès d’eux tant que le télétravail reste possible. Dans ces circonstances, la situation peut rapidement devenir hors de contrôle,
- un coup de fatigue, un dossier urgent à traiter, une fuite de lave-vaisselle, …
- et le côté professionnel peut prendre le dessus sur le personnel, et vice versa.

Laëtitia est cadre en télétravail, conjointe de militaire, elle bénéficie depuis le début du confinement de l’expérience acquise pendant les longues missions de son mari. “Mon fils a deux ans et demi, il est en pleine acquisition du langage, de la propreté, et de l’autonomie en général et il faut réussir à jongler avec mon travail. Mais je ne me plains pas : je suis heureuse d’être avec lui juste avant la rentrée à l’école.”

L’objectif : trouvez votre équilibre entre exigences scolaires et professionnelles, affectives et éducatives.

Pour atteindre cet objectif, mettez en place l’organisation que vous pourrez appliquer sur la durée, en accord avec votre employeur. Laëtitia raconte : “J’ai la chance de travailler au sein d’une équipe solidaire. Si un jour j’ai une urgence à traiter mais que mon fils a réellement besoin de moi, je pourrai m’appuyer sur mes collègues exceptionnellement.” Prenez également le temps de définir un planning familial qui tient compte le rythme de chaque membre du foyer, à l’image de Laëtitia (voir plus bas).

En pratique : adoptez le fonctionnement qui convient à tous les âges

  • Expliquez à vos enfants ce qu’il se passe et quel est leur rôle grâce à de nombreux supports adaptés à tous les âges sur le site d’Enfance et covid, dont un guide explicatif sur le virus, la vidéo Coco le virus et le livre Mon héroïne, c’est toi.
  • Accompagnez vos enfants : il n’y a pas de recette miracle car chaque famille et chaque enfant est unique. En rythmant la journée du foyer avec une alternance entre étude, activité physique, repas, temps calme, vous mettez tous les atouts de votre côté. Impliquez vos enfants pour que chacun ait à cœur de bien étudier, jouer, se dépenser... Enfin, en cas de difficulté à transmettre un enseignement, appuyez-vous sur le professeur ou la crèche.
  • Gérez votre travail : expliquez à vos enfants que vous avez besoin de plages de concentration. Cela peut se concrétiser par des créneaux horaires définis. Tentez aussi de déterminer un nombre de visioconférences quotidiennes maximales et de vous y tenir. Pour creuser ces questions, le Guide de survie des parents pour gérer enfants et télétravail constitue une source précieuse de conseils.
  • Facilitez-vous la logistique par exemple avec la technique du batch cooking qui consiste à cuisiner des portions congelées que l’on utilise tout au long de la semaine. “Depuis le confinement, je fais mes courses au drive une fois toutes les deux semaines, précise Laëtitia. Je fais ainsi des économies de temps et d’argent.” Pensez aussi à bien ranger votre réfrigérateur et votre congélateur et respecter les quelques règles d’hygiène simples particulièrement importantes pendant un épisode épidémique.
  • Demandez de l’aide à vos voisins, en respectant les recommandations sanitaires et la distanciation sociale. Par exemple, vous devez vous absenter le temps de la sieste ? Peut-être que l’un d’entre eux sera disponible pendant cet intervalle. Vous pouvez vous appuyer sur autrui pour une promenade dans le quartier. “Une voisine m’a proposé de passer à ma place au drive si un jour j’en ai besoin” explique-t-elle.

    Et si vous vous sentez en difficulté, contactez le Numéro vert (gratuit) : 0805 827 827 mis en service par Enfance et COVID. Du lundi au samedi de 8h à 20h, des professionnels sont à votre écoute et répondent à toutes vos questions.

Exemple de journée type : le témoignage de Laëtitia, mère d’un petit garçon de deux ans et demi

  • 6h : mon fils se lève !
  • 6h30 : nous avons fini notre petit déjeuner, j’attaque une demi-heure de sport.
  • 7h30 : ma journée de travail commence ; je l’entrecoupe de quelques histoires et petits jeux. L’apprentissage de la propreté vient aussi rythmer ma matinée.
  • 11h30 : je prépare le repas, cuisiné et congelé le week-end précédent (batch cooking) pour mon fils et la veille au soir pour moi ; nous pouvons ainsi déjeuner sans tarder !
  • 12h30 : j’ouvre la porte du jardin pour une récréation bien méritée.
  • 13h30 : c’est le début de la sieste, et pour moi la phase de travail la plus intensive. Je profite du calme de la maison et j’apprécie d’être en télétravail !
  • 16h : fin de la sieste, goûter
  • 17h : ma journée de travail s’achève, je peux sortir avec mon fils pour un tour à vélo dans le quartier. Puis vient le bain, le dîner, le coucher à 20h… et à 21h je peux m’assoir dans mon canapé avec un bon plat chaud à déguster !

Et quand la garde des enfants s’avère impossible à la maison ?

Si vous avez des enfants, vous pouvez les faire garder à domicile ou les confier à l’école ou mode de garde habituel, en fonction de votre situation.

Mais l’urgence sanitaire peut entraîner des surcoûts. Par exemple : vous devez continuer à exercer votre métier en présentiel et la crèche à laquelle vous confiez habituellement votre enfant est fermée. Vous devez alors vous adresser à une autre crèche plus onéreuse : un dispositif mis en place par le Ministère des Armées peut prendre en charge le surcoût.

En effet, le ministère des Armées, l’Institution de gestion sociale des armées (IGESA) et l’association Tégo ont signé une convention afin de venir en aide aux familles qui ont à assumer un surcoût lié à la garde d’enfants pendant l’épidémie du COVID-19. Sont éligibles les personnels du service de santé des armées, les conjoints soignants de personnels militaires ou civils des armées, ainsi que les militaires en opérations extérieures, en opérations intérieures et embarqués, dès lors que l’autre parent, le cas échéant, est dans l’incapacité d’assurer la garde du (des) enfant(s). L’attribution est soumise à l’appréciation de l’assistante sociale de l’ASA (Action Sociale des Armées) la plus proche de votre lieu d’affectation, au cas par cas et sous réserve des critères d’éligibilité.


Date de parution de l'article : 25/05/2020