Aller au contenu

Ceinture de sécurité : la bonne conduite, c’est de (toujours) la boucler

Le non-port de la ceinture de sécurité est l’un des principaux facteurs de mortalité. Pour tous les passagers, dès 20 Km/h, le risque de blessure et de mort est le même à l’avant qu’à l’arrière. Alors, outre que son port est obligatoire, son efficacité est sans conteste. Tégo vous explique pourquoi.

1- L’enjeu : faites confiance à l’efficacité de la ceinture de sécurité

La mortalité routière n’est pas une fatalité : si tout le monde bouclait sa ceinture de sécurité à bord des véhicules, une obligation pour tous les passagers sur tous les trajets,environ 1 000 vies seraient sauvées chaque année, sans compter les souffrances épargnées aux blessés. En effet, dans les accidents de la route, le taux de mortalité est 5 à 6 fois plus élevé sans ceinture.

2-En pratique : sécurisez vos passagers

Comment vous assurer de l’efficacité optimale de votre ceinture sécurité ?

  • Ajustez-la bien afin que votre corps soit solidaire avec le siège du véhicule. Et veillez à ce que tous les passagers vous imitent : le risque de blessure et de mort est le même à l’avant qu’à l’arrière.
  • Evitez tout dispositif visant à détendre la tension de la ceinture, pour « plus de confort » : a contrario, cela diminue son efficacité et risque de provoquer de graves traumatismes.
Sécurisez les enfants avec un équipement adapté à leur âge

Les accidents de la route sont la 1ère cause de mortalité chez les enfants de moins de 10 ans. Selon l’âge et le poids de l’enfant, différents dispositifs homologués (avec étiquette de certification européenne) sont à utiliser :

  • De la naissance à 13 Kg : lit nacelle ou siège auto placé dos à la route (attention, si vous l’installez à l’avant, désactivez l’airbag) ;
  • De 9 à 18 Kg : siège à harnais ou siège à réceptacle (attention, ajustez bien le harnais à la taille de l’enfant) ;
  • Plus de 15 Kg (jusqu’à 10 ans) : siège ou coussin rehausseur en plus du port de la ceinture de sécurité (attention, vérifiez que la ceinture ne passe pas au niveau du cou de l’enfant).

3- Bon à savoir : 3 conseils à retenir

  • Un bébé n’est pas en sécurité dans les bras d’un adulte lui-même attaché.
  • Evitez d’employer le siège du grand frère (préférez un modèle récent, plus performant).
  • Un enfant accepte très bien la ceinture, après des explications claires et une habitude prise dès son plus jeune âge.

…et 3 idées fausses à bannir

  • « La ceinture peut se bloquer, et je risque de ne pas pouvoir sortir de ma voiture… » : faux, c’est la seule chance de rester conscient pour quitter rapidement le véhicule.
  • « Elle ne sert à rien pour les petits déplacements… » : faux, les ¾ des accidents mortels se produisent dans le département d’immatriculation du véhicule.
  • « C’est mon problème si je n’en mets pas… » : faux, c’est une question de civisme (la mortalité routière coûte très cher à la collectivité).

Le conseil de l’expert

Suivant le type de chocs, l’efficacité de la ceinture de sécurité pour réduire le nombre de tués est démontrée : 100% en cas de tonneaux, 50% en cas de choc frontal.

Chiffres clés

  • A 50 Km/h, s’il n’est pas maintenu dans son siège par un système de sécurité adapté, un enfant de 20 Kg devient un projectile d’une demie tonne.
  • En cas de choc, la ceinture de sécurité a une force de retenue équivalente à 3 t., contre 50 Kg avec les bras, et 70 Kg avec les jambes…
  • Pour tout passager, une collision ou un choc à 50 Km/h correspond à une chute du 4e étage, soit environ 10 mètres.