Aller au contenu

Trottinettes électriques et nouvelles mobilités, comment assurer votre sécurité ?

Le déferlement de Nouveaux Véhicules Électriques Individuels (NVEI) dans notre paysage urbain a conduit les pouvoirs publics à réglementer leur utilisation. Equipement, règles de circulation, assurance, Tégo vous aide à y voir plus clair.

Trottinettes électriques, gyropodes, hoverboards… que dit la nouvelle loi ?

Depuis le 26 décembre 2019, la loi d’orientation des mobilités définit les droits et devoirs des usagers d’Engins de Déplacement Personnels Motorisés (EDPM).
En résumé pour conduire une trottinette électrique, il faut :
  • Être âgé de plus de 12 ans,
  • Rouler à une vitesse maximum de 25 km/h,
  • S’équiper d'un équipement rétro-réfléchissant en cas de circulation la nuit ou de mauvaise visibilité,
  • Équiper son véhicule de freins, d'un avertisseur sonore, de feux (avant et arrière) et de dispositifs réfléchissants arrière et latéraux.
  • Être seul sur son engin (le transport de passagers est interdit),
  • Ne pas porter d’écouteurs ou de casque audio,
  • Être titulaire d’une assurance en responsabilité civile.

Ou puis-je circuler en EDPM ?

Empruntez les pistes cyclables si elles existent, à défaut les routes dont la vitesse est limitée à 50 km/h, en agglomération.

Rouler sur la chaussée hors agglomération est interdit, sauf si le gestionnaire de voirie l’autorise. Le port du casque et d’un équipement rétro réfléchissant deviennent alors obligatoires. Vous pouvez utiliser les voies vertes et pistes cyclables. Il est interdit de rouler sur les trottoirs, sauf en cas d’autorisation du maire.

Le stationnement sur les trottoirs est quant à lui autorisé à condition de ne pas gêner ; sauf interdiction du maire et à l'exception de Paris pour les trottinettes en libre-service.

Que se passe-t-il si je blesse un piéton ?

L’assurance responsabilité civile couvre les dommages causés à autrui (blessure d'un piéton, dégâts matériels sur un autre véhicule, ...) à condition que votre vitesse maximale n'excède pas les 6km/h. Les dommages causés à la trottinette ne seront pas pris en charge si vous êtes responsable. Pensez donc impérativement à contacter votre assureur dès l’acquisition de votre engin motorisé. Toutes les formules d’assurance habitation proposées par Tégo incluent cette assurance.

Pourquoi prendre une assurance complémentaire pour rouler en trottinette électrique ou EDPM ?

En cas d’incapacité temporaire (ou non) suite à un accident d’EDPM seul une assurance complémentaire pourra prendre en charge votre indemnisation. Afin de vous accompagner dans le choix d’une formule adaptée à vos besoins, Tégo a sélectionné le contrat Protection Accident Tégo. Une offre complète qui garantit la couverture des accidents du quotidien. Elle vous protège également en cas d‘accident lors de vos déplacements dans le cadre privé ou professionnel.

Le conseil de l’expert

Lorsque vous faites l’acquisition d’un tel engin, nous vous invitons à vérifier auprès de votre assureur si votre responsabilité civile personnelle vous couvre en cas de dommages dont vous pourriez être reconnu responsable et si la casse, le vol sont garantis.


Date de parution de l'article : 06/10/2020